France Gauthier | TOUTES LES CHRONIQUES
1
archive,category,category-chroniques,category-1,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

TOUTES LES CHRONIQUES

  Jamais le thème de la clarté n'aura été aussi criant. Être clair dans nos intentions, clair dans nos propos, clair dans nos actions. Tout ce qui n'est pas clair devient, par définition, embrouillé, et c'est exactement ce que l'on crée dans notre vie : des embrouilles! Je...

De la paix en soi à la paix dans le monde  Pour faire suite à ma dernière chronique, qui vous invitait à être vrai, j'avais envie ce mois-ci de vous parler de paix intérieure, celle qui se présente quand on est totalement SOI. Tout le monde cherche...

« Tout ce qui est aigri et amer ne passera pas la rampe de 2017 ». Tel est le message que j'ai reçu au début décembre 2016 en écriture inspirée. J'avais rêvé à Guy Corneau, qui m'apparaissait en vieil homme désabusé de la vie. Sur le coup, j'ai...

Qui suis-je?  Quels sont mes réels dons et talents?  Comment puis-je le mieux contribuer à la grande oeuvre qu'est l'humanité? Voilà de grandes questions existentielles que l'on se pose tous à un moment ou un autre de notre parcours sur Terre. Si la réponse semble claire...

« Trouver sa place, c'est permettre à la lumière de l'Être de se déployer dans une expérience séparée du Tout! » Cette phrase, reçue en écriture inspirée alors qu'on essayait de comprendre, mon amie Anne-Marie et moi, les défis qui se présentaient à nous à notre écurie, est...

Dans ma compréhension à un autre niveau de la vie, l'attachement est une des deux sources principales de tous nos maux, l'autre étant la peur. Et quand on a peur de se détacher, parce qu'on a peur du manque, peur de perdre une personne, un...

Je vous parle souvent de la joie comme étant un des deux ingrédients principaux de l’amour, l’autre étant la paix. À la base, nous sommes tous des êtres de joie. Mais nous avons oublié à quelle fréquence vibre cette joie réelle, tellement on s’est laissé...