France Gauthier | LA CLARTÉ
17059
post-template-default,single,single-post,postid-17059,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.2,vc_responsive

LA CLARTÉ

LA CLARTÉ

 

Jamais le thème de la clarté n’aura été aussi criant. Être clair dans nos intentions, clair dans nos propos, clair dans nos actions. Tout ce qui n’est pas clair devient, par définition, embrouillé, et c’est exactement ce que l’on crée dans notre vie : des embrouilles!

Je l’ai observé plus que jamais dans les premiers mois de 2017, tant dans mes propres projets que dans ceux des gens qui m’entourent. Dès qu’une intention n’est pas claire, qu’on retient une information ou qu’on ne la définit pas clairement, pour ne pas déplaire ou par inconscience, on s’empêtre instantanément dans une toile d’araignée d’imbroglios de plus en plus denses.

Pour être plus claire, je vous donne un exemple concret! J’ai vécu une situation qui manquait de clarté avec un fournisseur, parce que je n’arrivais pas à nommer clairement la racine d’un malaise grandissant entre nous. Cette situation inconfortable me rendait résistante à notre association. Le manque de clarté a vite causé une confusion avec cette personne, qui s’est sentie démotivée et, par conséquent, est devenue moins impliquée dans le projet. Il fallu un coup de barre majeur avant que je prenne conscience de ma réticence. En le réalisant, je me suis imposée une introspection pour mieux identifier mon sentiment ambigu et nommer clairement ce qui le causait.

Après seulement quelques minutes de discussion franche et ouverte, nous avions réglé le problème et donné un nouveau souffle à notre création commune. Le secret de cette conclusion heureuse est de toute évidence : la clarté! Dès que j’ai su nommer la racine de mon malaise, après y avoir porté une attention particulière, mon partenaire a compris et accepté sa part de responsabilité dans notre différend.

La clarté est notre meilleur allié en ces temps troubles. Si les petites manipulations (qu’on nomme aussi « mensonges blancs », pour ne pas offusquer quelqu’un ou lui épargner des soucis) ont déjà été bénéfiques dans certaines situations, il est devenu impossible dans ce Nouveau Monde en construction de ne pas être vrai et clair en toute circonstance. Parce que l’effet boomerang est plus instantané que jamais, c’est-à-dire que nous recevons en plein front le fruit de chacune de nos intentions, qu’elle soient conscientes ou non. Si on pouvait se mentir, à soi et aux autres, sans trop en payer le prix depuis des millénaires, ce n’est plus le cas. Nous récoltons ce que nous semons sur-le-champ. Littéralement! L’énergie d’épuration et de libération actuelle nous pousse à être totalement transparent, et c’est une excellente nouvelle. Imaginez un monde où tous nos dirigeants ne diraient que la vérité! Bon, d’accord, on n’est pas rendu là encore, mais ça va venir plus rapidement qu’on ne le croit, parce que l’inverse ne passe plus!

Comment s’assurer d’être clair en tout temps. La première étape, c’est d’être présent. Présent à nos sensations, présent aux malaises grandissants en nous, et de prendre le temps d’intériorisation requis pour se comprendre. Nous sommes si affairés que nous prenons rarement le temps de s’arrêter pour ressentir ce qui ne va pas. Je me suis fait prendre au jeu, dans le tourbillon du printemps, et la seule solution qui offre 100% de résultat positif, c’est de s’accorder une pause pour « entendre » ce que notre corps cherche à nous dire, notre antenne branchée wifi sur la Sagesse. Une fois le message entendu, les mots pour le nommer se présentent naturellement et il ne nous reste qu’à rassembler notre courage pour le dire, avec amour et bienveillance, en prenant notre part de responsabilité dans la création. Parce que nous sommes toujours au moins deux à créer un imbroglio!

Rappelez-vous : Les sensations dans notre corps sont le langage de l’âme, qui cherche à nous montrer la voie de notre plein épanouissement, et les mots qui apparaissent dans notre dialogue intérieur sont soufflés par notre esprit dans le but de nommer avec clarté la meilleure façon de transformer la situation, à l’avantage de tous!

Je vous laisse sur cette citation bien connue, mais mise en contexte cette fois… pour plus de clarté!

« Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.

Selon que notre idée est plus ou moins obscure,

L’expression la suit, ou moins nette, ou plus pure. 

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,

Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Nicholas Boileau-Despréaux