France Gauthier | LA PAIX
16953
post-template-default,single,single-post,postid-16953,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

LA PAIX

LA PAIX

De la paix en soi à la paix dans le monde 

Pour faire suite à ma dernière chronique, qui vous invitait à être vrai, j’avais envie ce mois-ci de vous parler de paix intérieure, celle qui se présente quand on est totalement SOI.

Tout le monde cherche la paix intérieure qui vient avec le réel bonheur. De façon bien maladroite dans plusieurs cas, me direz-vous, mais c’est tout de même la quête consciente ou inconsciente de tous les humains. Cette paix intérieure, par contre, ne peut s’installer dans une zone où on entretient des conflits. Comment naissent les conflits au juste? Comment les grandes guerres se préparent-elles? Dans le livre LE MAÎTRE EN SOI (Éditions La Semaine), nous transmettons que tout conflit extérieur débute avant tout par un conflit au cœur de notre Être. Mais comment laisse-t-on ces petits mal-être devenir de grands tourments qui dégénèrent en guerre nucléaire?

Si vous vous arrêtez une minute pour penser aux nombreuses situations pour lesquelles vous avez dit oui, seulement dans la dernière semaine, alors que vous aviez envie de dire non, ou l’inverse, vous avez déjà un début de réponse. Chaque fois que qu’on se renie soi-même, en reniant nos valeurs et nos idéaux, chaque fois qu’on pose un geste ou qu’on prononce une parole sans être totalement dans notre vérité, on se blesse. Chaque fois qu’on accepte une situation qui nous choque, une parole qui nous heurte, un geste qui nous blesse, on se fait violence. Toutes ces agressions envers soi-même grandissent pour devenir déception, frustration, amertume, hargne, injustice, iniquité. Et de l’iniquité avec soi naît l’iniquité avec l’autre, qui creuse un fossé infranchissable à l’origine de toutes formes de terreur.

Pour retrouver la paix dans la monde, il faut d’abord la cultiver en soi. À la base, nous sommes tous des cultivateurs de paix et de joie, qui poussent avant tout dans notre jardin intérieur. Comme nos plantes, elles ont besoin de notre attention, de notre lumière et d’un terreau accueillant pour grandir et fleurir.

En ces temps troubles, où nous assistons à une escalade de menaces entres les grands dirigeants (pourtant bien « petits » en conscience), nous ne sommes pas impuissants. Nous avons le pouvoir du nombre et la puissance de notre intention d’amour. Je le rappelle, tous les êtres humains cherchent la même chose, soit à vivre heureux et en paix, même les leaders des pays qui, présentement, nourrissent la haine et l’intolérance. Derrière l’armure de chaque guerrier, aussi impénétrable et lourde puisse-t-elle paraître, se cache le cœur d’un être humain qui veut aimer et être aimé. Alors, aimons-les. Aimons-les mieux et plus fort. C’est notre seule arme de construction massive pour rééquilibrer les forces de paix sur cette planète.

Et dans l’exercice, ne perdons pas notre humour. Parce que « l’humour » se trouve à une toute petite sonorité de « l’amour » qui fait des miracles dans un climat de désillusion.