France Gauthier | LA PERMANENTE IMPERMANCENCE
17558
post-template-default,single,single-post,postid-17558,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-16.0.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

LA PERMANENTE IMPERMANCENCE

LA PERMANENTE IMPERMANCENCE

 

L’ère actuelle se définit par le changement. Un changement incessant. Nier ce fait crée des contractions dans notre expérience individuelle et collective, qui dégénèrent souvent en malaise ou mal-être. Parce que tout change tout le temps. C’est le propre de la création dans cet Univers. L’Univers est en constante expansion, donc en perpétuel mouvement. Le mouvement, c’est la vie. La vie qui nous anime et le moteur de toutes nos créations. Il est donc souhaitable que ce mouvement continue… pour l’éternité! Mais qui dit mouvement, dit aussi changement. Tout est normal jusqu’à maintenant, voire essentiel.

Or, ce n’est pas le mouvement qui nous étourdit présentement, mais son accélération. Pour mieux le comprendre, je vous rappelle que ce n’est pas le temps qui s’accélère, mais la vitesse de manifestation de chaque intention que l’on place dans la matrice. Comme si nos intentions se matérialisaient dix fois plus rapidement qu’au temps de nos grands-parents. J’appelle ce phénomène « l’effet boomerang ». Je m’explique. On dit que la pensée crée. Peu importe la pensée que vous projetez dans l’Univers, elle se crée de plus en plus rapidement. Voyez l’image. On envoie une onde qui voyage et nous revient à la vitesse de l’éclair, sous une forme ou une autre, selon l’alignement de la pensée-parole-action.

Pas toujours, me direz-vous. Par exemple, vous avez beau penser que vous voulez être riche, ça ne se matérialise pas toujours à la vitesse que vous le souhaitez, n’est-ce pas? Disons que pour réaliser nos objectifs tels qu’on les souhaite réellement, il faut justement que cet alignement pensée-parole-action soit impeccable. Mais pour les besoins de notre propos actuel, tenons-nous en à la vitesse exponentielle de manifestation. Cet effet d’accélération cause le tourbillon actuel et nous semble de plus en plus essoufflant à suivre. Un peu à l’image de l’évolution technologique : impossible de se tenir à jour!

Ce phénomène ne va pas ralentir. Il va falloir s’y adapter. On peut, bien sûr, aller se cacher dans le bois et attendre que la vie passe… et revenir dans la prochaine en espérant que cela ira moins vite. Ou on peut entrer dans le mouvement et le faire tourner à notre avantage. Une des façons d’y parvenir est de ne pas résister. Parce que la résistance est synonyme de souffrance. Accepter que la vie est perpétuel changement et se laisser couler dans le sens du courant demeure encore la meilleure option pour rester en maîtrise de notre barque. Oui, le paysage change sur le parcours. Forcément. On peut bien s’accrocher à une branche au passage, pour prolonger le plaisir d’un point de vue qui semble combler tous nos désirs, mais tôt ou tard, nous nous retrouverons en déséquilibre dans cette position.

À ceux qui recherchent constamment la stabilité, sachez que le changement a de très bons côtés. Il nous offre constamment de nouvelles perspectives, et par le fait même, une occasion de découvrir des nouveaux aspects de soi. Le changement nous permet aussi d’évoluer, de prendre de l’expansion comme être humain et d’atteindre de nouveaux  sommets.

La peur du changement, quand à elle, nous paralyse. Elle réduit le mouvement, donc la vie. S’accrocher au passé, sous prétexte qu’il est douillet et sécurisant, ne fait que renforcer l’effet de cascade d’instabilité quand le changement frappe. Alors, il ne reste qu’une option : accepter le changement avec grâce et enthousiasme.

Dans les prochaines années, tout va changer. Nos relations intimes, familiales, amicales, de travail vont se transformer. Notre regard sur la Vie va s’ouvrir. Nos structures vont se remodeler. Notre environnement va muter.

Alors, qu’allons-nous choisir de faire? Plus on sera nombreux à accepter le changement, voire à le provoquer, plus il sera profitable pour nous tous.

Vive le changement!