France Gauthier | L’ESPACE POUR ÊTRE SOI
17676
post-template-default,single,single-post,postid-17676,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-16.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

L’ESPACE POUR ÊTRE SOI

L’ESPACE POUR ÊTRE SOI

 

« Ce n’est pas d’une place, mais d’un espace dont j’ai besoin pour exprimer totalement qui JE SUIS »

C’est phrase, apparue d’abord en anglais un matin du printemps 2017, a marqué mon imaginaire. « It’s not a place, it’s a space I need to be who I AM ». J’ai parfois ce type d’inspirations surprenantes après mes périodes de méditation, juste avant de rouvrir les yeux. Ce jour-là, j’avais posé intérieurement la question : « Mais où dois-je aller pour créer la suite de mes projets ». Je venais de mettre mon écurie à vendre, et je portais la croyance qu’une petite maison, parfaite pour moi, avec un jardin et de la place pour mes enfants et tout mon monde, m’attendait quelque part.

Mais cette toute petite phrase inspirée m’a plutôt permis de voir au-delà de la matière, au-delà de la forme. Il est tellement vrai qu’on peut exprimer qui on EST partout, peu importe l’endroit et la taille de notre demeure. Je croyais pourtant, à tort, qu’une nouvelle terre promise me permettrait de me déployer dans toute mon essence. Peut-être est-ce inscrit dans notre ADN judéo-chrétien de toujours chercher cette fameuse « terre promise », alors je m’étais inventé le scénario qu’il me fallait des assises terriennes pour supporter mes élans créateurs.

Il n’en est rien.

L’espace dont me parlait mon grand Soi, c’est ce lieu intérieur où on se retrouve à la verticale, parfaitement aligné avec nos idéaux, avec nos valeurs, avec nos élans profonds. Quand j’ai finalement vendu ma terre, à l’été 2017, j’ai emménagé dans un 4 ½ en Estrie, sans même regarder en arrière, parce que j’avais pris le temps d’intégrer ce concept. J’ai littéralement été guidée en Inspiration à « ne plus rien acheter » pour un temps. J’ai donc choisi mon logement en fonction de critères d’espace et de liberté plutôt qu’en terme de conditionnement social. L’espace central de vie de l’appartement, avec la vue sur une montagne, m’a ravie le cœur en y mettant les pieds à la première visite, me laissant la poitrine vibrante, signe que j’étais à la bonne place.

J’ai aussitôt remis l’équation à l’endroit : L’espace détermine la place, notre place, et non l’inverse.

Il en va de même pour le boulot, pour les relations amoureuses ou amicales et pour tous les projets de vie. L’endroit où on se trouve et les personnes avec qui on entre en relation servent un seul objectif : s’accorder la permission d’être de plus en plus soi-même, pour mieux s’unir. Mon espace de vie actuel me permet entres autres de me ressourcer et de reprendre mon souffle, avant de me lancer dans la prochaine grande phase de création.

Si j’extrapole la notion d’espace à mon travail, la dernière année m’aura donc permis de  faire de la place pour de nouveaux projets. Tout mon Être tirait vers un retour aux sources, c’est-à-dire l’animation dans les médias. Pour faire cette place, je ne pouvais me sentir coincée dans des paiements d’hypothèque et des travaux de rénovations de maison sans fin. Il me fallait un espace physique et mental libéré de toute contrainte pour créer. Mon lieu de vie est donc venu supporter mes élans créatifs, m’offrant un espace aéré, sans aucune responsabilité ni souci financier.

Un projet radio s’est présenté dans le détour, me permettant ainsi de reprendre le micro pour parler d’éveil avec un plus large public. D’autres projets vont sans doute suivre… Et j’aurais peut-être même à déménager pour les réaliser, qui sait ?

Peu importe, puisque je vais là où le vent d’inspiration me porte, complètement détachée de la place, mais toujours en quête de l’espace parfait pour continuer à exprimer qui JE SUIS.

Et quand on retrouve cet espace d’Être, on trouve en bonus notre place !

Suffit ensuite de la prendre, avec gratitude.